Alea jacta est…

Il fallait oser, ils l’ont fait et surtout, ils l’ont dit :
« Le cancer serait souvent dû à un manque de chance ».
En effet nos deux chercheurs biostatisticiens nous expliquent qu’en se renouvelant, nos cellules commettent des erreurs tragiques, qui permettent aux tumeurs de grossir ; et plus nous vieillissons, plus nous avons de chances de succomber à cette confusion létale… Heureusement, ils précisent que le tabac reste dangereux ! Sinon l’industrie américaine, très concernée et surtout très sollicitée financièrement, aurait sauté sur l’occasion. C’est cohérent. Presque.
C’est le genre d’information, qui en période de fêtes de fin d’année, me met dans un état d’énervement spontané. Je me rappelle du film de Jean-paul Jaud, Nos enfants nous accuseront, et de cet intervenant qui interpelle le public : « levez la main si dans votre entourage proche, vous connaissez un ou plusieurs cancers ». La salle intimidée finit par réagir et les bras se lèvent. Voici les chiffres :
Dans le monde, entre 1980 et 2005, passage de 278 à 392 cas pour 100 000 hommes, et de 176 à 254 cas pour 100 000 femmes.
Bien sûr, on meurt de moins en moins du cancer, la médecine progresse, mais l’évolution est là ! Nos biostatisticiens essaient de nous faire admettre que, l’espérance de vie augmentant, notre corps se trompe davantage…
« Ah j’aime ça, la thèse est osée mais comme toutes les thèses parfaitement défendable » nous disait Antoine de la Foy, dans Les Tontons Flingueurs.
Alors ma thèse est osée également, mais je crois que l’enfumage de nos deux éminents spécialistes de l’Université Johns Hopkins a pour objectif évident de nous détourner de la mauvaise direction que nous avons prise. Dans notre intérêt, ils nous avertissent qu’en tentant systématiquement de mener des vies plus saines, en essayant d’éloigner la chimie invasive de nos quotidiens, nous poursuivons des chimères et enrichissons leurs créateurs. Dieu jouerait donc aux dés ! Faut-il prier ? Ils ne le précisent pas… Dans un premier temps : conservez vos bonnes vieilles habitudes, et surtout dormez tranquilles, puisque vous n’y pouvez rien !
Nos deux savants (Bert Vogelstein et Christian Tomasetti), travaillent pour une université privée (Johns Hopkins), très proche de l’Armée, avec l’Applied Physics Laboratory (laboratoire de physique appliquée) qui travaille essentiellement sur des programmes militaires. Beaucoup de ses enseignants ont des liens clairement affirmés avec divers organismes gouvernementaux. Je n’ai rien à rajouter.
Bonne année 2015 à tous. Ça démarre bien.

Publicités